Monogatari
forum basé sur le Japon féodal

Aller en bas

Ôka Koizumi

le Dim 18 Mar - 18:47


Koizumi Ôka
« Cherry Cherry Otter»





feat. OC Age : 21 ans
Sexe: Femme

Caractère
S’il fallait décrire la demoiselle rapidement on peut dire qu'elle est intelligente, déteste ne rien faire, est en général calme et une manipulatrice hors normes.

Elle manque grandement d’organisation, chose qui peut vite poser soucis dans la vie de tous les jours. Par contre, elle adore tout observer, comprendre les choses dans leurs moindres détails. Attendez-vous à ce qu’elle fasse tout pour obtenir une réponse ou vous convaincre de lui expliquer quelque chose, tant que cela l’intéresse bien sûr. Car, si elle ne se sent pas intéressée par quelque chose, elle le délaissera très vite. Et pour ne rien arranger, la jeune femme se désintéresse vite des choses. Ne vous laissez pas avoir par le grand intérêt qu'elle pourrait avoir au départ, vous en seriez très déçu.

N’oublions pas que son caractère se rapproche aussi de celui d’une petite fille, toujours à vouloir tout, tout de suite. Facilement énervée par de petites choses et touche à tout.

Par ailleurs la petite loutre déteste les longues explications ou monologues, surtout si elle doit être obligée de rester assise ou tout simplement à ne rien faire. La demoiselle affiche aussi quotidiennement un air blasé et une attitude désagréable d’être totalement indifférentes aux autres, on pourra qualifier cela d’un comportement de petite reine.

D’un autre côté, elle peut devenir chaleureuse et très ouverte d’esprit, mais ne vous laissez pas prendre, ce qu’elle aime par-dessus tout est de voir et expérimenter les réactions et les émotions des personnes l’entourant via ses actes, sa façon d’agir et le monde entourant ces personnes. Elle aidera un dépressif comme elle écoutera Monsieur madame tout le monde tant que cela peut lui apporter une meilleure compréhension ou une satisfaction. Elle passera des mois s’il le faut pour entrer dans votre cercle d’amis et satisfaire ses envies.  

En termes de goûts, c’est assez…vague, elle peut aimer des choses diamétralement opposées comme en détester. Elle adore tout naturellement les fruits de mers et ne refuse jamais un petit plongeon dans une pièce d’eau, le meilleur moyen pour elle de décompresser et se reposer. À contrario elle déteste les aliments piquants, donc wasabi et compagnie cela ne passe pas. Pour ce qui est de l’alcool… à éviter car elle a un fâcheux penchant pour la bouteille et elle tient très bien l’alcool.

En termes de goûts vestimentaires, elle adore les kanzashi. Ses cheveux en sont toujours garnis. Être bien habillée fait partie d’une des choses les plus importantes pour elle et son travail ne l’empêchera pas de porter en kimono raffiné.

Et, pour la fin, elle porte le Shintoïsme en haute estime, et oui ! Bizarre pour un yokai non ?  Pourtant, ces derniers y sont bien présent, certains sanctuaires leurs sont même dédiés. C'est pourquoi, la chose, avec la forêt en général, qu'elle aime le plus au monde est le petit sanctuaire Shinto dans lequel elle est  née.


Bouille
Taille : 1m72
Poids : 64 kg
Yeux : bruns
Cheveux : noirs, attachés en chignon et ornés de kanzashi variés
Signes particuliers : la demoiselle porte un tatouage ressemblant à une fleur de cerisier sur son front, ainsi qu’un immense tatouage de dragon couvrant son dos. Elle utilise comme arme une Naginata.
Forme Yokaï : Loutre d'environ 1m de long, vétue d'un pelage brun clair sur tout son corps, sauf sur son ventre, où celui-ci est blanc.
Garde-robe de Ôka ( update au cours du temps) :

Très formel (visites à la cour, mariages, etc…) : https://www.noelshack.com/2018-28-3-1531334860-img-20180711-195332.jpg

Formel (rencontres officielles, fêtes, parfois mariage, etc…) : https://www.noelshack.com/2018-28-3-1531334872-4759ee8d6cd1d06a.jpg

Formel – (travail, éventuellement pour tous les jours) : https://www.noelshack.com/2018-28-3-1531334885-staten-furisode-by-kurokami-kanzashi.jpg



Histoire
Tout commença dans une paisible forêt montagneuse de la région du Kantô (région autour de Tokyo (Edo), avec notamment la préfecture de cette dernière comprise), dans laquelle une petite loutre vivait et aimait se balader. Cette dernière était très curieuse et à mainte reprise s'aventura jusqu'aux hommes, se faufilant dans les trous des murs, grimpant les poteaux et s'engouffrant à l'intérieur pour découvrir ce monde si différent de sa forêt. Elle se fit même quelques amis, de vieilles grands-mères lui laissant parfois quelques restes et les poissonniers, les abats de poissons dont elle raffole. Mais parfois, la petite bête se voyait chassée, traquée. Car à l'époque, les loutres n'étaient pas des plus aimées, responsable de la disparition de certains poissons dans les filets et d'agressions envers les pêcheurs.

Enfin bon, ce petit train de vie continua pendant quelques temps, jusqu'au jour où, un peu trop curieuse, elle s'aventura sur un site de construction humain, qui se trouvait dans sa forêt. Il n'y avait pas l'air d'avoir âme qui vive sur ce chantier, les humains devaient sûrement se reposer, elle avait déjà observé cela quelques fois. En tout cas, la petite chipie en profita pour se faufiler partout, jouant à chasser les petits rongeurs et autres petites bêtes. Malheureusement, toutes les aventures ne se finissent pas toujours bien. La petite aventurière se retrouva coincée dans une cavité, elle tenta bien de se débattre de toutes ses forces, mais rien n'y fait. Elle ne pouvait pas sortir.

Puis les humains revinrent et continuèrent leur travail, construisant pierre après pierre un sanctuaire pour les kamis de la forêt, sans savoir qu'ils tueraient par la même occasion une petite bête de cette même forêt. Elle aurait bien tenté de faire remarquer sa présence, mais trop faible pour pouvoir encore pousser un cri elle patienta, attendant sagement la mort qui viendrait la faucher. Encore quelques jours elle resta consciente, la faim lui tiraillant les entrailles et finalement elle s'endormit, pour ce qu'elle pensait être la dernière fois de sa vie.

Quelle ne fut pas sa surprise quand elle sentie la brise légère et fraiche de la nuit sur son corps, surtout que sa fourrure devrait normalement lui éviter de ressentir le vent de manière si... directe. Mais c'est quand elle ouvrit les yeux qu'elle fut sa surprise. Elle était couchée sur le sol, qui n'était pas de terre battue, mais de beau bois laqué d'une teinte noire. Elle voyait avec peine, ses yeux encore peu habitués à l'obscurité, de grands poteaux en bois laqué rouge, des cordes tressées attachées entre les poteaux et parsemées de petits papiers en forme de zigzags carrés.

Prise de panique par toute cette nouveauté, elle tenta de se mettre sur ses pattes, enfin... cela ne ressemblait plus trop à des pattes. Bizarrement il n'y avait plus de fourrure ni les membranes entre ses doigts, tout cela était bien bizarre et ne faisait qu'accentuer sa panique. En tout cas, sa tentative de se lever, se solda par un échec, incapable de maintenir son équilibre avec ses membres bizarres, elle tomba de tout son long sur le sol de bois, dans un léger bruit sourd. Cet échec fut peut-être le premier, mais en tout cas pas le dernier, elle passa encore plusieurs heures à essayer de se lever n'accordant que peu d'attention au fait qu'elle était complètement nue, mais de toute façon quelle importance cela pouvait avoir pour une loutre qui n'a jamais eu besoin de porter le moindre vêtement. Enfin bon, ces essais continus finirent par l'épuiser et elle finit par s'endormir paisiblement, ses paupières lourdes tombant d'elles-mêmes pour clore ses yeux.
Au petit matin, les prêtresses arrivèrent, venant s'occuper de leurs tâches de la matinée et qu'elle ne fut leur surprise, en découvrant à l'intérieur du sanctuaire, au sein même de l'autel dédié aux Kamis, une jeune femme nue, dormant paisiblement. Au début, par peur, elles n'oseraient pas s'approcher. Mais, après un petit moment, une « vision » germa dans leur esprit. Un cadeau des kamis se disaient-elles, cela ne pouvait être que cela. Comment une jeune femme aurait-elle autrement pu se retrouver ici, son teint n'était pas commun aux natifs de la région. Et un immense tatouage ornait son dos, un long dragon, se lovant paisiblement le long du dos de la jeune femme. Il n'en fallait pas bien plus aux prêtresses pour y voir un signe des kamis, le dragon n'était-il pas un grand symbole de la nature ?
Elles transportèrent donc avec délicatesse et attention Ôka dans une pièce annexe au sanctuaire, là, elles s'évertuèrent à l'habiller d'habits simples de Miko, à défaut de posséder des vêtements plus nobles. La petite loutre épuisée continuait de dormir paisiblement, ne se rendant pas compte des changements qui s'opéreraient autour d'elle.

Le soleil était déjà bien haut quand la demoiselle se leva, un bâillement, quelques clignements des yeux et hop ! La voici d'attaque... ou pas. Les yeux mi-clos et le corps encore empêtré dans les bras de Morphée,  elle se frotta les yeux à l'aide de ses mains, découvrant avec stupeur un tissu d'un blanc immaculé qui couvrait ses bras et après un rapide coup d’œil, son corps entier. Elle examina ce tissu avec des yeux curieux, cela ressemblait à ce que des humaines portaient, du blanc, un peu de rouge... cela y ressemblait fortement. Mais elle ne put continuer son inspection bien longtemps, interrompue par des chuchotements dans une langue bizarre, Ils se rapprochaient, lentement mais sûrement. Elle suivait la direction des chuchotements de ses yeux de prédatrice. Ils s’arrêtèrent devant une paroi bizarre, puis comme par magie, cette dernière bougea, faisant bondir la petite demoiselle de stupeur.

Qu'était-ce donc cette paroi qui bougea toute seule ? Comment cela était-il possible ? Elle se posait tellement de questions, qu'elle ne vit pas les deux prêtresses qui chuchotaient auparavant, s’approcher d'elle et s'asseoir en tailleur, posant devant-elles un petit bol de soupe miso, quelques crudités et un bol de riz, le tout accompagné de son petit verre de thé à la rose.

Et c'est bien ce qui la fit sortir de ses rêveries, son odorat toujours à l'affut, elle reniflait les alléchantes odeurs que dégageait ce repas, malgré l'envie de dévorer ce qui se trouvait devant elle, elle restait sur ses gardes. Elle ne connaissait rien de cet endroit, ni de ces gens. Son instinct lui recommandait la prudence.

Mais son estomac n'était pas de cet avis. Et puis, elles c'étaient occupées d'elle, alors pourquoi refuser un repas ?

La tentation grandissait pour elle, ses mains tremblantes se rapprochant de plus en plus du repas, les prêtresses l'observant en silence. Puis d'un coup elle arrêta ses mains, faisant apparaître un haussement de sourcils chez les prêtresses. Une question l'avait arrêtée, il avait suffi d'une seule question pour qu'elle renonce à ce jeter sur le plat. Comment on faisait pour manger ? Fallait-il utiliser ces longs trucs tout petits posés sur le bol de riz ? ou bien devait-elle manger avec ces mains, qui était pour l'instant des trucs avec 5 bouts qui bougent. Sauf que son ventre ne l'entendait pas de cette oreille et exprima clairement son mécontentement dans un gargouillis bien audible. Et finit par l'emporter sur son instinct et la petite yokai se jeta sur le repas, mangeant avec ses mains de façon... peu polie et acceptable mais voilà, elle avait faim et ne savait pas comment manger autrement.


Son repas finit, elle remarqua que les prêtresses l’avaient observée en silence, et tentait de lui parler. Manque de chance se disait-elle, je comprends rien de ce que vous dites. Et les prêtresses finirent par s'en rendre compte, après avoir tenté de converser avec elle, marquant certaines pauses, sûrement en attente d'une réponse, elles avaient finies par se pencher l'une vers l'autre et à chuchoter entre elles. Ôka ne comprenait toujours rien et ennuyée par ce silence et ce manque de mouvement, elle entreprit de jouer avec les deux petits bâtons qui étaient posés sur le bol de riz, ceux-ci ayant rapidement fini sur le sol quand elle s'était attaquée à la nourriture.

Elle ressemblait actuellement à un petit enfant, tout content d’avoir trouvé un joujou pour s'occuper pendant que papa et maman discutent. Pendant ce temps les prêtresses l’observaient, ne sachant pas trop quoi faire.

Le temps passa lentement et finalement après une bonne heure ou deux, Ôka commençait à s'ennuyer. Son joujou ne l'intéressait plus et elle commença à tourner en rond sur les tatamis recouvrant la salle où elle se trouvait. Une des prêtresses se leva alors et fit un petit signe de la main en direction de la jeune femme.

La petite yokai vit rapidement le signe de main et toute contente de voir enfin du mouvement, s'approcha à quatre pattes de la prêtresse. Cette dernière commença à avancer lentement, au même rythme qu’Ôka, en direction d'un des murs coulissant pendant que sa collègue entrepris d'ouvrir les panneaux, laissant Ôka découvrir un tout nouvel environnement. La petite demoiselle fonça alors vers cette ouverture, dépassant la prêtresse et marchant à quatre pattes à toute allure sur le parquet. Et ce qui devait arriver arriva. Un de ses genoux se retrouva sur l'une de ses manches et paf elle finit étalée sur le parquet, s’écrasant la face dessus.

L’esprit tout emmêlé, elle resta sur le sol, pendant que les deux prêtresses accouraient, suivies par quelques autres intriguées par tout ce remue-ménage dans un endroit d'habitude si calme et silencieux. Des mains la saisir pour la relever et l’asseoir. Son nez et son menton lui faisaient mal et Ôka sentait un liquide couler par petites gouttes de son nez, laissant de belles marques rouge sur son kimono blanc comme neige et sur le parquet de bois noir laqué. On lui passa un linge froid sur la face avant que l'une des prêtresses lui pris doucement la main pour qu'elle tienne le linge sur son nez douloureux.

Assez rapidement, son petit cortège la ramena à l'intérieur du bâtiment d'où elle venait de sortir et elle dû suivre à contre cœur les prêtresses, qui l’aidaient à marcher sur ses jambes. Une entreprise assez périlleuse car elle était peu concentrée à cause de la douleur mais aussi à cause de sa frustration. Elle avait été à quelques pas de voir un peu autre chose que ces quatre parois et il avait fallu qu'elle s'encouble dans les bouts de tissus qu'on lui avait mis sur le corps.

Enfin bon, ça sera pour une autre fois, elle finira bien par pouvoir voir un peu dehors pensa-t-elle alors qu'on la coucha sur le sol pour aider à arrêter le saignement de son nez. La sensation était très désagréable, sentir des picotements dans son nez et son sang couler lentement avant d'avaler ce liquide au goût ferreux.

En tout cas, cette position inconfortable ne dura pas, une heure ou deux passée et le sang s'était coagulé, elle devait malgré tout faire attention à ne pas trébucher à nouveau. Après un deuxième et dernier passage de linge sur son visage de sorte à redonner un peu d’éclat à son joli minois rayonnant et  quasi parfait, petite particularité bien utile pour ces loutres yokai adorant s’amuser à séduire les hommes.

Après un dernier petit examen méticuleux, ont la raccompagna dans une chambre pour qu’elle puisse vraiment se reposer au calme. L’espoir de la jeune femme de voir enfin l’extérieur s’envolait paisiblement comme de la poussière et l’idée de devoir rester cloitré à l’intérieur ne l’enchantait pas du tout, mais avec les prêtresses partout, une escapade était quasiment impossible et elle dû se résigner.

Les premiers jours furent les plus durs, faisant sa vraie gamine, elle n’hésitait pas à refuser de manger, réduire ses habits en lambeaux et compagnie, tout cela pour manifester son mécontentement. En résumé cette période fut une horreur pour les prêtresses. Mais il y a bien un moment où la fatigue et la faim rattrape même le plus costaud des boudeurs, Ôka finit donc par accepter à nouveau de manger et traiter ses habits avec un minimum de respect.

Par ailleurs, quelques mois s’étant déjà écoulés depuis son arrivée dans le temple, les miko commençaient à lui apprendre tranquillement la vie. Au début c’était des choses simples, comment manger correctement, aller faire ses besoins, quelques mots simples et se laver. Il va sans dire que tout ça était passionnant pour Ôka, pleins de nouvelles choses à apprendre et à découvrir, un nombre incalculable de tentatives, au début souvent ratées, puis tranquillement au fil du temps, toujours plus de réussite. Elle pouvait enfin commencer à se débrouiller un minimum seule.

Les prêtresses enchaînèrent donc, après avoir notés de nombreux succès, sur l’étude de la langue un peu plus poussé, on lui expliqua comment s’habiller, choisir correctement ses vêtements en fonction des occasions et toutes les autres manières qu’une jeune femme se doit de connaître. Je pense qu’on peut dire sans problème, que cette partie n’était pas des plus passionnante et que les prêtresses passèrent plus de temps à chercher la dissidente jeune demoiselle plutôt qu’à lui apprendre les bonnes manières.  Ôka fut aussi initiée lentement aux tâches et rites remplis par les prêtresses.   Et que ne fus son bonheur quand elle put enfin à nouveau sortir. Après tout ce temps, sa première sortie fut un des meilleurs événements de sa vie, même si en vérité, elle a uniquement fait un tour dans l’enceinte du sanctuaire. Mais ce petit tour avait suffi pour qu’elle trouve son endroit favori, un petit étang rempli de carpe à l’ombre d’un cerisier. C’est ici qu’elle passa ensuite le plus clair de son temps, à observer les poissons. Les prêtresses décidèrent donc de lui donner comme prénom Ôka, en référence au cerisier et à sa beauté intérieure comme extérieure, pure et immaculée. Et, Koizumi comme nom rejoignant ainsi les carpes qu’elle passe son temps à observer et le petit étang.  

Au fil des saisons passant lentement, on lui laissa toujours plus d’autonomie, jusqu’à même lui laisser remplir quelques courses pour le sanctuaire, mais bien sûr toujours avec un membre du sanctuaire pour l’encadrer. Et les années commenceraient à défiler, les prêtresses voyaient le poids des années s’imprégner sur leur corps, pendant que Ôka restait cette fleur venant d’éclore  

Le temps passait tranquillement et Ôka s’habituait de plus en plus à sa nouvelle vie paisible au temple. Mais, au fond d’elle, elle en avait plus qu’assez. Elle voudrait pouvoir découvrir plus de choses, aller plus loin, apprendre et vivre autre chose que cette petite vie paisible réglée bien comme il faut.







You & only you
Pseudo : Koi
Âge : 18 ans et toutes mes dents !
Un peu sur vous ? Je suis suisse, maintenant donnez-moi votre argent *^* il sera bien en sécurité…ou pas
Remarques : j’ai faim
Quelle est notre mascotte ? Validé ♪
Pouvoirs
Langue pure. Son fonctionnement est assez simple, il fonctionne sur le langage verbal, et permet à Ôka de connaitre les intentions et se qui se cache derrière les paroles d'autrui. En résumé, mentir, vouloir se jouer d'elle ou ne pas penser ce que vous dites sera inutile, car elle le saura. Mais tout cela fonctionne à une condition. Elle est obligée de ne pas mentir et de dire ce qu'elle pense. Elle peut le faire de la manière qu'elle veut, l’interprétation que les gens ont de ses mots n'est pas comprise dedans. Elle peut très bien, si par exemple on lui demande si elle a des sentiments pour quelqu'un, répondre qu'elle voit un certain intérêt envers cette personne, tout comme dire clairement qu'elle l'aime. De la même manière, elle peut se jouer des gens et les manipuler, tant qu'elle ne le cache pas. Cela peut sembler impossible, mais comme vous le savez sûrement les mots ont un grand pouvoir, vous pouvez, d'un simple mot bien placé changer le sens de vos paroles, tout en disant ce que vous pensez. Au final, tout se jouera sur les mots.





Thème:
夢物語



Dernière édition par Ôka Koizumi le Dim 4 Nov - 22:23, édité 20 fois
avatar

Pouvoir : Langue pure. permet de connaître ce qui se cache derrière les paroles des gens.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Minamoto Yoshitsune

le Dim 18 Mar - 22:49




ENCORE BIENVENUE )o)
Bon courage pour la suite, ça promet +w+
ai




avatar

Pouvoir : Onmyôdô
Relations : Omokage no Fuda
Journal : Sôdan no Fuda

Voir le profil de l'utilisateur
Stagiaire

Revenir en haut Aller en bas

Ôka Koizumi

le Dim 18 Mar - 22:52


Re merchi ! ai


avatar

Pouvoir : Langue pure. permet de connaître ce qui se cache derrière les paroles des gens.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Mikazuki Homura

le Dim 18 Mar - 23:05


Bienvenue à toi !

Sacré caractère 8D petite loutre ~



avatar

Pouvoir : Contrôle du feu

Voir le profil de l'utilisateur
Stagiaire

Revenir en haut Aller en bas

Ôka Koizumi

le Dim 18 Mar - 23:41


030 faut bien qu'il y aie une petite emmerdeuse ici, surtout pour casser les pieds à Yamama >~>


avatar

Pouvoir : Langue pure. permet de connaître ce qui se cache derrière les paroles des gens.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Arashi Isao

le Mar 20 Mar - 18:27


C'est tonton Momoth qui sera ravi huhu
Encore la bienvenue à toi et bonne continuation pour ta fiche o/



Couleur d'écriture : #ff6666

Revenir en haut Aller en bas

Yamada Matsu

le Ven 6 Avr - 21:05


Yamada t'aurait presque souhaité la bienvenue mais du coup là il a un doute ._.
Beau début de fiche, j'ai hâte de voir la suite !


At Kappukai gakuen



Honor, death, and hangovers.
avatar

Relations : Relations
Journal : Journal

Voir le profil de l'utilisateur
Novice

Revenir en haut Aller en bas

Ôka Koizumi

le Mar 26 Juin - 0:04


Yé souis toujours en vie ! ajouté un ptit bout d'histoire et fait quelques modifs. Notamment, Oka ne fera pour l'instant pas partie du Hakumei

Mais il se peut qu'elle les rejoignent plus tard


avatar

Pouvoir : Langue pure. permet de connaître ce qui se cache derrière les paroles des gens.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ôka Koizumi

le Lun 1 Oct - 22:21


encore quelques trucs en plus, dont le fameux paf le nez


avatar

Pouvoir : Langue pure. permet de connaître ce qui se cache derrière les paroles des gens.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 


Forum NC-16
Forum optimisé pour et
@Credits : Le concept du forum, ainsi que son code et son graphisme appartiennent au staff de Yume. Toute reproduction même partielle est interdite. Maquette de base faite par Aëlys D. K. mais nous remercions également chaleureusement Cheshire Cat d'Epicode ainsi qu'Atols pour leur aide précieuse apportée sur les catégories et la page d'accueil.